Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 08:27

La pépinière en octobre

 

La réussite en bourse dépend d’un suivi régulier des valeurs détenues en portefeuille. Il faut analyser régulièrement les secteurs économiques porteurs ou non. On peut gagner si l’on évite les compartiments en danger, surtout après une phase d’excès à la hausse. Comme prévu, la crise arrive, y compris dans des secteurs jusqu’alors épargnés. La dévaluation compétitive du dollar et de la livre auront des effets dévastateurs sur l’économie européenne.

 

Des chiffres d’affaires en net retrait au 3ème trimestre

La consommation en chute libre atteint nombre de secteurs : la publicité, les ventes dans les hyper et supermarchés (y compris pour des produits de luxe), une baisse dans les achats d’automobiles car la propension à acheter des véhicules bas de gamme met à mal les chiffres d’affaires.

 

L’aéronautique sinistrée

Une baisse de fréquentation qui atteint aussi l’aviation civile où là encore le mix produit est de plus en plus défavorable. Les consommateurs regardent de plus en plus le prix et les classes affaires sont désertées. Alors que 7 à 15% des passagers donnent jusqu’à 50% du profit, on voit les dégâts à venir si cette tendance perdure, avec bien sûr une répercussion sur l’ensemble de l’aéronautique. Depuis le 1er janvier 15 compagnies aériennes ont fait faillite. Le marché du fret aérien a chuté de 20%, tandis que le volume du fret maritime a chuté, lui, de 39%. La France a accordé un crédit de 5 milliards d’euros au groupe Airbus pour lui donner un ballon d’oxygène. On peut se demander si ce sera suffisant surtout si l’on tient compte d’une mauvaise qualité du management. C’est qu’EADS a plongé dans l’affaire Clearstream du fait de sa dépendance vis-à-vis de l’Etat. Les taux d’intérêts acquittés par les grandes compagnies américaines tournent autour de 10% avec des pointes à 12%. Ces taux ne peuvent qu’accélérer le nombre de faillites car très supérieurs aux marges des compagnies qui seront encore négatives en 2010, après un 2009 catastrophique.

 

Les télécommunications prochaines victimes ?

De nombreuses décisions contraignent les opérateurs à réduire leurs effectifs en dépit de tout bon sens. Le consommateur est de plus en plus maltraité avec des centres d’appels de plus en plus lointains et incompétents. La diminution des recettes tirées de l’itinérance des possesseurs de mobiles (le roaming) ont diminué de moitié de par des décisions européennes. En France les opérateurs doivent participer au financement de l’audio-visuel public à hauteur de 0,9%, contribuer à la création cinématographique pour 0,3%, payer prochainement une taxe de 1500 euros par antenne. Bientôt des dédommagements devront être acquittés au titre des nuisances dus aux ondes ! Des amendes et pénalités diverses rôdent autour d’opérateurs qui gagnent trop. La gratuité des hot-lines, la demande récente du journal Libération d’exiger un financement de la presse par les opérateurs de télécommunications, montrent des exigences constantes et illimitées. Or l’endettement des opérateurs est rarement regardé par ceux qui taxent. Le prépaiement des portables est à l’origine d’une importante dette, le renouvellement rapide des mêmes appareils, pour suivre l’évolution technologique renforce l’endettement. Il faut s’interroger sur la pertinence d’un modèle où le consommateur n’accepte pas de payer comptant un produit qui lui est donné en leasing. Le même consommateur trouve normal de payer comptant et beaucoup plus cher un ordinateur, une machine à laver ou une télévision.

La dépendance des opérateurs de télécommunications vis-à-vis d’Etats qui continuent à en être les propriétaires par le capital ou par les hommes qui sont placé à la tête d’entreprises (soi- disant) privées par les Etats, rend impossible une défense réaliste d’opérateurs muselés.

Les opérateurs n’ont donc qu’une seule arme : diminuer la concurrence en absorbant et en digérant partout le quatrième opérateur. C’est ce qui vient se passer en Grande Bretagne et qui peut se produire en France. Illiad, SFR ou Bouygues seront croquées un jour par un Allemand, un Anglais ou un Espagnol !

 

La  reprise économique reportée

Il apparait désormais que la reprise économique en cours ne parviendra pas à retrouver le niveau de production antérieur avant 3 ou 4 années. Les pertes de chiffre d’affaires sont telles que la cicatrisation sera longue. Parmi les nouvelles les plus inquiétantes la baisse du CA de Saint Gobain de près de 15%, celles de Schneider pourtant implanté en Asie, de PPR, d’Air Liquide (- 6%), montrent que la reprise tarde à se manifester. L’énergie et les Télécoms résistent mais accusent le coup avec un moins 1 à moins 3%. Or ces secteurs sont de véritables compteurs de l’activité économique.

Par contraste les sociétés qui affichent une progression de leur CA apparaissent comme des miraculées. Notre pépinière en contient heureusement.


Au mois prochain

Guy Muller

 

 

Liste des valeurs

   
           

Valeur

Cours

PE 09

Cours

Plus value

Objectif

 

d'achat

 

actuel

 

cours

CNP

64,97

9

72,05

11%

75

France Télécom

17,1

9

17,8

4%

24

GDF-Suez

29,59

12

29,6

0%

35

Total

39,87

8,5

42,33

6%

45

SES Global

13,5

12

15,99

18%

20

Vivendi

18,87

9

19,7

4%

25

Rallye

21,6

7

24,6

14%

29

Sanofi

47,75

8

52,0

9%

55

Pages Jaunes

7,46

9

8,8

18%

9,9

Neopost

57

12

61,0

7%

65

Progression moyenne

9,2%

L'achat est déconseillé lorsque le cours est proche de l'objectif

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Muller - dans La Pépinière
commenter cet article

commentaires