Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 17:50

Revue de l'actualité du mois

Les Pigeons

Ces Pigeons prennent de nombreux risques. Ils vivent sur un fil, sans bonus, ni aides fiscales.

Les voir évoluer est un vrai bonheur :

 

La bourse a légèrement reculé, mais se redresse toujours au voisinage de l’indice 3350, qui sert de support. L’amplitude des écarts enregistrés certains jours montre que les investisseurs sont à la recherche d’une tendance à plus long terme. Le mouvement de désespérance des marchés qui est alimenté par la dépression économique semble se heurter à une autre tendance plus mécanique. Le rendement des actions offre un tel écart avec celui des obligations, la diminution de l’endettement des entreprises, une valorisation au-dessous de la valeur des actifs, assèche progressivement le robinet des vendeurs.

 

L’impossibilité pour de nombreuses sociétés de pouvoir augmenter leur capital sans détruire la valeur actionnariale atteint aussi ses limites. Alstom vient de recourir à une augmentation de capital sans droit de souscription pour ses actionnaires. Mais la décote de 6% au profit de nouveaux actionnaires était préférable à une décote de 30% devenue courante.

 

Le secteur bancaire continue à souffrir. La caisse de crédit agricole vient d’accepter la vente de son actif grec en perdant 3 milliards d’euros. Le crédit immobilier de France a obtenu une garantie de l’Etat de 20 milliards d’euros, la banque Peugeot une garntie de 7 milliards.

Peugeot dont les intérêts ont été si mal défendus par sa famille d’actionnaires devrait être achetée par Général Motors. Nous avons appris que le Directeur actuel de Peugeot a été au centre d’un conflit avec la famille des actionnaires. L’action Peugeot a perdu 90% de sa valeur en cinq ans, passant de 60 à 5,30 euros. En pratique les filiales Opel et Peugeot seraient fusionnées. Sur ce chemin de croix, la banque Peugeot, cherche 11 milliards d’euros, afin d’être renflouée. Nous touchons ici à une perversion du système de crédit qui loin de bénéficier aux clients, finance un parc de voitures, invendues. Peugeot a donc effectué un transfert de sa production auprès de sa banque. Les agences de notation ont sanctionné la banque Peugeot en la dégradant au niveau de la notation de la société mère Peugeot. De ce fait la banque s’est trouvée dans l’impossibilité de trouver du crédit sur le marché.

 

Le nucléaire continue à sombrer avec une demande d’indemnité de la Finlande de 1,8 milliard pour les retards de l’EPR. En Grande Bretagne EDF avait racheté une filiale pour construire des centrales EPR toujours en attente. La Pologne et la Tchéquie ont rejeté les offres françaises.

 

Le secteur des Télécom reste toujours sans visibilité. L’arrivée de Free vient de détruire un tiers de la capitalisation des anciens acteurs. Vivendi qui venait d’acheter à Vodafone sa participation dans SFR pense à céder ses titres. Le bénéfice de SFR recule de 20%. Une filialisation permettrait d’éviter une dépréciation de valeur conséquente subie en une seule année. Bouygues Télécom voit son bénéfice chuter de 25%, TF1 est atteinte par la concurrence des nouvelles chaînes de la TNT. Très vite on se rendra compte que le marché possède un opérateur de trop. France Télécom reste l’opérateur le moins impacté du fait de son implantation internationale : le bénéfice devrait diminuer de 5%. Le marché a sanctionné ce secteur désormais sans perspective.

 

Alcatel continue à sabrer dans ses effectifs, victime du manque d’investissement des acteurs, qui emploient au mieux les capacités de leurs réseaux.

 

Les utilities Suez environnement et Véolia ont été victimes d’une volonté trop hégémonique de leurs dirigeants. Elles paient des implantations internationales ratées et doivent se restructurer. Simultanément, elles subissent de nombreux revers en France ou de nombreuses municipalités leur retirent de fructueux contrats. Le conflit entre les deux patrons de Suez et Véolia prend de l’ampleur avec Dalkia.

 Enfin, la société Seb très engagée sur les marchés émergeants, vient de publier de mauvais résultats. Comme quoi le niveau des prix pour des produits d’origine asiatique est devenu trop cher pour les consommateurs !

Parmi les secteurs possédant l’assurance d’un développement plus rapide que la moyenne citons : les maisons de retraite, la construction, quelques sociétés informatiques spécialisées dans l’évolution des transports, les énergies vertes, les logiciels spécialisés. Pour le moment il y a peu de compartiments susceptibles de tirer la conjoncture.

 

Revue de l’actualité mondiale

Un vaste débat est ouvert à l’occasion du vote de la loi de finances pour l’année 2013. Mais sommes-nous libres d’agir alors que des engagements ont été pris pour réduire les déficits ? En septembre, vous avez été informés des conséquences d’engagements pris vis-à-vis de la Commission Européenne. Ces Directives : Semestre, six pack, two pack, mécanisme d’alerte, consistent en des dépouillements progressifs de la souveraineté du pouvoir politique. Voir  La Pépinière

La continuité du fonctionnement des Etats les oblige à respecter ces engagements : cette loi est dure pour les contribuables des pays très déficitaires.

 

Notre dette a été achetée en 2012 par l’Asie et le Moyen Orient, pour la moitié de son montant, contre 33% en 2011 et 20% en en 2010. La zone Euro est intervenue pour 30% dont pour l’essentiel des contributeurs français (assureurs). Les banques mondiales n’ont acheté que 10% de la dette française. Comme les taux d’intérêt, ont par ailleurs diminué tout au long de l’année pour se rapprocher sur l’échéance à 10 ans des 2%, seule une politique de résorption des déficits permet de rassurer les créanciers.

 

Le même débat est en cours aux Etats-Unis entre libéralisme et social-démocratie. Le président Obama a dû affronter les conséquences de plusieurs guerres qui ont porté le déficit américain vers les 18 000 milliards de dollars. Il a réformé l’assurance maladie en faveur des retraités, le reste de la population attendra 2014, pour profiter du système Médicare. Il a séparé les activités de dépôt des banques des activités spéculatives avec la loi Volcker. Il a sauvé l’industrie automobile en injectant des capitaux au moment le plus opportun.  En nommant deux femmes à la Cour Suprême, il permet une orientation des décisions à venir, plus favorable à l’évolution de la société américaine. Son challenger devrait détricoter l’ensemble des orientations précédemment citées, hors le cas de l’automobile, déjà réglé …

 

La Commission européenne vient d’être saisie (rapport Likanen) d’un rapport visant à isoler les activités à risque des banques. Les activités de trading sont visées. Mais l’attentisme actuel rend l’Europe sensible à un risque systémique. Il n’est pas normal que l’Etat doive se porter caution indéfiniment  pour Dexia, le Crédit Immobilier, la banque Peugeot. Ces trois entités bénéficient de 110 milliards de cautions. Une nouvelle dégradation de la notation de nombreuses banques vient de se produire : la Société Générale, la CDC, la Banque Postale sont concernées. De nombreuses autres banques européennes ont été aussi dégradées, certaines pour avoir truqué les cours du Libor, on y retrouve la Société Générale. Alors que les Etat-Unis et la Grande Bretagne ont décidé il y a 3 ou 4 années de mettre de l’ordre dans leurs banques, l’Europe temporise. Mme Merkel reporte à 2014 la mise en ordre des banques. Comme quoi l’orthodoxie budgétaire varie selon qu’il s’agisse des Etats ou des banques…

 

La taxe Tobin sur les transactions financières est désormais acceptée par dix pays. Il a fallu trnte ans pour que cette idée soir adoptée. Pourtant il serait normal que le système financier crée ses réserves sans avoir à appeler à l’aide.

 

Guy Muller

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Le commentaire du mois
commenter cet article

commentaires