Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 18:30

Bonjour,

 

Vous avez pu lire sur ce site mes propos pessimistes sur la situation réelle des banques. La faillite de Dexia montre bien l’incompétence de nos dirigeants bercés par la tendre musique émise par certains responsables.

 

 

Les banques en danger… suite

Pierre Mariani, le patron de Dexia n’hésitait pas à dire : «Nous avons retrouvé notre pleine autonomie de financement, attestant de la solidité des progrès accomplis en termes de structure financière.» En juillet dernier, Dexia passait haut la main les ≪stress-tests », pour annoncer, en aout, un retour aux bénéfices dès le troisième trimestre ! Notre charmante ministre des Finances nous assurait aussi dans les mêmes termes avant de découvrir une réalité inverse grâce à ses experts du FMI.

Nous allons devoir constater, outre une perte sèche sur la mise au capital lors de la crise de 2007, une nouvelle recapitalisation qui portera sur 100 milliards d’actifs toxiques. Et ce n’est qu’un début puisque les créances sur dettes souveraines des Etats n’ont jamais été intégrées aux stress-tests. Médiapart a expliqué cette semaine comment les banques françaises ont distribué 10 milliards de bénéfices fictifs au lieu de renforcer leurs fonds propres. La réponse de nos irresponsables à cet état de choses va sans doute consister à adosser Dexia à la Caisse des Dépôts (allégée en 2011 de 1 milliard) et à La Poste. Pour ne pas faire apparaître les pertes, le légo financier se poursuit, en punissant les survivants de la crise. Monsieur Pérol qui est à l’origine de la création de Natixis appartient à la catégorie des prêcheurs libéraux qui ont forcé le monde mutualiste à affronter les vents du large. Il a pu ainsi permettre une confusion entre les fonds déposés par les épargnants et ceux de la spéculation (BFI). Or toutes les banques sont en train de sortir de ce schéma en se séparant rapidement de leurs actifs spéculatifs. Cette semaine, le Crédit Agricole a cédé 50 milliards d’actifs spéculatifs, après que toutes les autres banques aient réalisé les mêmes retraits. Selon la formule en cours « les banques ont réduit la voilure »…

Avec de nouvelles dégradations des notations de l’Italie, de l’Espagne on voit que les périls se rapprochent de nous et de notre gestion bâclée.

 

Des actions devenues très bon marché

Bizarrement, le marché a été rassuré par de nouvelles extensions des garanties accordées par les Etats, il en est résulté une hausse rapide cette semaine. Le paradoxe tient dans la restauration des comptes des sociétés, lesquelles ont mieux géré la récente pause dans la crise, que les Etats.

Les excès dans la baisse ont provoqué la venue d’acheteurs qui interviennent à chaque point bas. Il en résulte d’énormes variations au jour le jour. On ne peut que constater que le marché vient de rebondir pour la quatrième fois après un creux vers les 2850.

 

Des OPA sont intervenues sur la Vermandoise de sucreries et sur Pithiviers. L’offre était supérieure de 120 à 160% à la valeur du dernier cours côté. Cet exemple montre bien qu’un courant acheteur fort reste à l’affut des occasions offertes. Axa qui avait atteint le cours de 7,88 a ainsi rebondi à 11 euros en très peu de temps soit + 42%, dès l’annonce du maintien de sa progression des bénéfices de 10% par an jusqu’en 2015.

 

Je tiens à rappeler que le rendement des valeurs devient un élément majeur dans le soutien des cours. Or le rendement est masqué par l’évolution du CAC40, qui n’en tient pas compte. Ainsi les détenteurs de portefeuilles à rendement élevé sont loin de suivre l’évolution globale du CAC. Prochainement,  je publierai le rendement de la pépinière qui est supérieur à 8%, rendement qui a réduit les pertes constatées d’autant.

Il existe un secteur très réactif vis-à-vis du rendement, celui des valeurs immobilières, dont les décotes par rapport à leur actif net atteignent  30 à 50%. Ce qui offre des rendements très intéressants et protecteurs.

Le paradoxe est que les conseils financiers déconseillent en ce moment les actions au profit d’obligations dont le rendement diminue d’année en année, en attendant les dépréciations à venir sur de nombreux pays.

 

Guy Muller

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Le commentaire du mois
commenter cet article

commentaires

gagner au forex 31/10/2011 22:59


Wall Street a fermé en large baisse lundi, l'enthousiasme initial né du sommet européen de la bague récente s'effaçant au nombre de certaines investisseurs lequel est-ce qui se s'informer sans
hésiter d'ailleurs d'après les médiocres de couvrir la crise de l'endettement de la zone euro mais avec leux y usage.aires sembler être un instrument de trading fortement déterminé certains traders
exceptionnelles comme institutionnels.