Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 10:48

Le commentaire du mois

juin 2009

 

L’investissement en bourse est devenu dangereux car les autorités politiques ont tout intérêt à valoriser les bonnes nouvelles et à taire les mauvaises. Parmi les éléments qui ont conduit le marché ces derniers temps, l’espoir d’une reprise rapide des économies, a été démenti par de nombreux chiffres. Tous les mois, l’objectif de régression économique a été revu à la baisse. En conséquence, presque toutes les entreprises, verront leurs bénéfices diminuer en 2009. La diminution du PIB sera en Europe de l’ordre de 4,5% et de plus de 3% en France. Or la diminution des bénéfices est toujours supérieure à celle du chiffre d’affaires, à cause des frais de structure.

 

Ce qui me conduit à être toujours pessimiste, c’est l’ampleur des appels au marché réalisés non seulement par le secteur bancaire qui doit impérativement retrouver de bons ratios de solvabilité, mais aussi par de nombreuses sociétés. Faut-il rappeler que les banques et l’automobile ont été recapitalisés en premier. Le mouvement se poursuit. Ces sociétés appartiennent d’ailleurs à tous les secteurs et leurs recapitalisation rapide démontre de nombreuses erreurs de gestion. Tour à tour des expansions menées trop vite ont conduit de nombreux PDG à mettre en cause la solidité de leur bilan. La liste est longue des Klépierre, St Gobain, Lafarge, Pernod Ricard, Danone, dont l’expansion d’hier a du être consolidée rapidement. Non seulement des augmentations de capital importantes ont été réalisées, mais les dividendes ont souvent été diminués, sans compter un intense recours à l’emprunt obligataire. Mais lorsque l’on connaît le niveau des taux (autour de 8%), on comprend que le recours à l’augmentation de capital soit moins onéreux.

 

Venir très rapidement sur le marché n’est pas une erreur, car les premiers servis, obtiennent une garantie de survie et la possibilité d’investir ailleurs. Ces entreprises seront donc les premières à bénéficier d’une reprise. Car le mauvais chiffre de l’investissement prévisionnel des entreprises en 2009, chute de 10%. Il indique un très faible niveau de confiance des sociétés sur la prochaine reprise.

 

Pour ceux qui sont restés en bourse, le secteur des télécommunications vient d’être à nouveau touché par les mauvais résultats du groupe Bouygues, dont tous les compartiments sont atteints par la dépression. Non seulement la construction va mal mais TF1 et les télécommunications, connaissent une diminution du chiffre d’affaires. L’évolution du cours de bourse de Vivendi et France Télécom a aussi évolué en baisse. Les plus bas sont atteints après les détachements de coupons pour tout le secteur en Europe. Les investisseurs réservent un mauvais sort aux valeurs défensives (GDF-Total)* pour favoriser les valeurs cycliques. Or les cycliques ont des price earnings  déjà trop élevés ! Ainsi, la moyenne des PER des banques est à 10 ce qui est en contradiction avec les pertes à venir.

 

Au contraire des Etats-Unis qui ont massivement investi pour permettre une reprise rapide, l’Europe s’est contentée de faire la moitié du chemin avec 5% de déficits publics contre 10% aux Etats-Unis. En conséquence elle sortira plus lentement de la crise. L’Europe a manqué le coche de l’investissement programmé dans quelques secteurs de pointe ce qui la prive d’une ambition affichée.

 

Je sais que nombre d’entre vous ont le désir d’investir sans tenir compte du risque. Les chiffres d’affaires des sociétés communiqués à l’occasion du deuxième trimestre et qui seront accompagnés des résultats semestriels permettront d’avoir une idée sur l’ampleur de la crise. L’augmentation du nombre de chômeurs aura aussi une conséquence défavorable sur la consommation. Les cours des valeurs s’ajusteront en conséquence sur les résultats et les valeurs défensives révèleront leurs caractéristiques, dont celui de rendements exceptionnels*. L’importance des dividendes distribués en 2010 par ces valeurs fera la différence avec la régression des dividendes distribués par les valeurs cycliques.

 

Bien cordialement à vous.
 

*la liste des valeurs défensives est la suivante : France Télécom, Vivendi, SES Global, Total, Rubis, Néopost, GDF-Suez, Sanofi, Vinci, Suez environnement.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Le commentaire du mois
commenter cet article

commentaires