Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 09:00

La communication des patrimoines des candidats à la présidentielle montre un trop grand attachement à l’immobilier, au détriment de l’investissement en actions. Le lobby des assureurs travaille à protéger l’assurance-vie. C’est dire qu’une fois encore, l’investissement à risque, ne bénéficie pas de grands soutiens. Seul le candidat Emmanuel Macron projette de ne pas soumettre à l’ISF les placements en actions. Il reste dans une ligne qui a diminué l’impôt sur les plus-values des titres conservés plus de deux ans et a favorisé l’investissement dans les PEA-PME.

L’investissement des étrangers en France a connu une nouvelle progression avec un doublement sur dix ans. Mais c’est l’avance marquée de l’investissement à risque qui attire l’attention. 1900 start-up et petites entreprises ont profité de cet emballement. Avec 14,7 milliards investis en 2016 c’est le montant le plus important jamais investi comme le montre le tableau suivant.

La bourse en avril

La Pépinière

La bourse a poursuivi sa hausse vers les 5240, les 5500 sont proches. Il n’y a pas de raison de modifier notre pépinière. Avec plus de 13% de progression, nous sommes très au-delà de la performance du CAC.40.

 

Valeurs

Cours

PE 17

Cours

Plus

Objectif

 

d'achat

 

actuel

value

cours

 

    

 

Axa

23,99

9

23,68

-1,3%

27

Capelli

24,42

10

25,9

6,1%

29

Crédit Agricole

11,9

10

12,57

5,6%

15

Eutelsat

18,58

11

21,36

15,0%

25

FFP

82,41

14

87,25

5,9%

104

GL Events

16,51

12

21,95

32,9%

25

Kaufman & Broad

37,29

12

34,24

-8,2%

45

Lagardere

25,71

11

27,65

7,5%

30

Orange

14

13

14,31

2,2%

19

SPIE

20,05

13

23,98

19,6%

27

Sopra steria

104,75

11

132,05

26,1%

145

Vinci

64,27

15

74,54

16,0%

84

Progression moyenne

  

10,62%

 

Plus-value sur titres vendus

   

2,70%

 

Plus-value totale

   

13,32%

 

      

Ventes 2017

     
      

Plus value sur ventes

    

Renault

83,1

 

88,46

6,5%

 

Altamir

12,49

 

13,25

6,1%

 

Groupe Crit

65,04

 

78,05

20,0%

 
    

10,8%

 
Repost 0
Published by Guy Muller - dans Le commentaire du mois
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 12:34

 

La poursuite de la hausse repose sur la publication de bénéfices très importants de la part des sociétés. Vous trouverez ci-dessous, les performances des sociétés suivies dans notre pépinière, qui ont permis aux analystes de remonter leurs prévisions de bénéfices pour les années 2016-2017.

Par ailleurs, le marché de l'emploi reprend enfin des couleurs : la France a créé près de 200.000 postes dans le secteur marchand en 2016, une performance inédite depuis la crise qui "confirme", selon le gouvernement, "le redressement" de l'économie hexagonale.

Le pays n'avait plus enregistré autant de créations nettes d'emplois depuis 2007. Le secteur privé (non agricole) a gagné au cours de l'année 191.700 postes supplémentaires (+1,2%), selon une estimation de l'Insee publiée vendredi. Cela constitue une forte accélération, après une année 2015 qui avait vu 99.000 postes se créer et trois années dans le rouge en 2012, 2013 et 2014. Fin 2016, les effectifs marchands ont atteint 16,16 millions de personnes, un niveau inédit depuis la fin 2008.

 

 

C.A.

EBIT

Bénéfice

Capelli

+ 47%

 

Non connu

Lagardere

+ 2.3%

 

+ 13%

GL Events

+ 1.1%

+ 10.6%

+ 3.4%

Total

-  9%

 

+ 22%

Orange

+ 0.6%

+ 1,3%

 + 10.3%

Manitou

+ 3.5%

+ 7,6%

+ 33%

Assystem

+ 5,3%

+ 15,7%

+ 23,3%

Spie

- 2,3%

-  0,10%

+ 306%

Sopra-Steria

      + 4%

     + 16%

+ 10%

Vinci

-  1,2%

+ 5,3%

      + 16.1%

Choisir un bon véhicule sans se tromper de cycle
Choisir un bon véhicule sans se tromper de cycle
Choisir un bon véhicule sans se tromper de cycle

Choisir un bon véhicule sans se tromper de cycle

 

La pépinière

 

Ce mois montre l’importance d’une bonne sélection des valeurs. Une progression de près de 10%, sur l’année 2017, c’est trois fois plus que celle du CAC40. Sopra-Steria prouve aussi que les fusions ne deviennent bénéfiques qu’au bout de deux années.

Merci pour vos encouragements, il fallait du courage pour venir en bourse en 2013, mais c’est la victoire d’un vaste plan d’aide aux entreprises.

Valeurs

Cours

PE 17

Cours

Plus

Objectif

 

d'achat

 

actuel

value

cours

Axa

23,99

9

23,92

-0,3%

26

Capelli

24,42

10

25,2

3,2%

29

Crédit Agricole

11,9

10

12,65

6,3%

15

Eutelsat

18,58

11

19,84

6,8%

24

FFP

82,41

14

87

5,6%

98

GL Events

16,51

11,5

19,3

16,9%

22

Kaufman & Broad

37,29

12

35,71

-4,2%

45

Lagardere

25,71

11

26,12

1,6%

30

Orange

14

13

14,77

5,5%

19

SPIE

20,05

12

22,3

11,2%

25

Sopra steria

104,75

11

130,4

24,5%

145

Vinci

64,27

15

70,34

9,4%

79

Progression moyenne

  

7,21%

 

Plus-value sur titres vendus

   

2,70%

 

Plus-value totale

   

9,91%

 

      

Ventes 2017

     
      

Plus value sur ventes

    

Renault

83,1

 

88,46

6,5%

 

Altamir

12,49

 

13,25

6,1%

 

Groupe Crit

65,04

 

78,05

20,0%

 
    

10,8%

 

 

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Le commentaire du mois
commenter cet article
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 19:43

 

Ce sont d’excellents résultats annuels qui sont publiés en ce moment. Ils confirment la progression des bénéfices prévue pour l’année 2016 à plus de 12%. L'amélioration de la croissance en janvier  dans le secteur privé a notamment été alimentée par la progression des nouvelles commandes, à un rythme inédit depuis juin 2011. Les nouveaux contrats dans les services y ont largement contribué, enregistrant leur plus forte croissance depuis plus d'un an et demi. Le déficit de l’Etat entre 2012 et 2016, a été ramené de 87,2 milliards à 69,9 milliards d’euros, soit une diminution de 17,3 milliards, après avoir atteint un pic de 148,8 milliards d’euros en 2010. Le déficit de la Sécurité sociale est revenu de 28-20 milliards à moins de 3 en 2016.

 

L’importance du rendement sur le CAC40

Le CAC40 ne prend pas en compte la distribution des dividendes. L’hebdomadaire Investir a dernièrement publié un graphique intitulé : le dividende fait la différence sur la durée. En conséquence, si le CAC était à 4841 le 19 janvier 2017, il était en réalité à 11 955 en tenant compte de la prise en compte des dividendes. Ce graphique est ainsi commenté : 12 fois plus avec les dividendes depuis la création de l’indice. De plus, le CAC40 a progressé deux fois moins vite que les valeurs moyennes durant cette période.

 

Sur la période plus proche de 2007 à 2017, le CAC à 4841 doit être augmenté de 45% pour tenir compte des dividendes encaissés, soit un indice réel de 6960. Mais pour quelle raison l’affichage est-il ainsi tronqué ? Il ne faut pas faire peur au peuple... qui va être informé dans les trois années à venir de hausses sensibles des dividendes, supérieures à 10% par an, résultant du CICE-Pacte de Responsabilité et de la diminution des taux d’intérêt. En dépit d’une croissance morose légèrement supérieure à 1%, il était possible d’afficher des résultats très supérieurs. On le constate aujourd’hui même avec Renault, Kaufman, Capelli, Eiffage, Dior, Total… Bien que les crédits d’impôts ne soient pas encore totalement encaissés, une nouvelle augmentation de ces subventions est prévue en 2017. Le programme Fillon prévoit de poursuivre ces aides à hauteur de 30 milliards d’euros supplémentaires.

 

Le programme Macron est lui, axé sur l’emploi et rappelle qu'il souhaite "supprimer la totalité des charges au niveau du Smic", mesure qui avait été prévue dans le cadre du Pacte de responsabilité en 2014. L'ancien ministre de l'Économie a annoncé son intention de "réformer en profondeur" l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en supprimant "la part qui finance l'économie réelle", c'est-à-dire la détention d'entreprise ou d'actions, pour lui substituer un "impôt sur la rente immobilière".

 

La Pépinière

La mise à jour tient compte des arbitrages réalisés le 13 février. Notre score + 4.23%se compare avec celui du CAC à -0.35%

Valeurs

Cours

PE 17

Cours

Plus

Objectif

 

d'achat

 

actuel

value

cours

 

    

 

Axa

23,99

9

22

-8,3%

26

Capelli

24,42

10

27,62

13,1%

29

Crédit Agricole

11,9

9

11,22

-5,7%

15

Eutelsat

18,58

11

18,06

-2,8%

24

FFP

82,41

14

82

-0,5%

98

GL Events

16,51

11,5

18,19

10,2%

21

Kaufman & Broad

37,29

12

35,28

-5,4%

45

Lagardere

25,71

11

23,52

-8,5%

28

Orange

14

13

14,42

3,0%

19

SPIE

20,05

12

22,17

10,6%

25

Sopra steria

104,75

10

112,85

7,7%

128

Vinci

64,27

15

67,49

5,0%

76

Progression moyenne

  

1,53%

 

Plus-value sur titres vendus

   

2,70%

 

Plus-value totale

   

4,23%

 

      

Ventes 2017

     
      

Plus value sur ventes

    

Renault

83,1

 

88,46

6,5%

 

Altamir

12,49

 

13,25

6,1%

 

Groupe Crit

65,04

 

78,05

20,0%

 
    

10,8%

 
Repost 0
Published by Guy Muller - dans Le commentaire du mois
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 19:15

Les publications des sociétés suivies dans notre portefeuille sont toutes en progrès : Lagardère +13%, Capelli + 20%, Crit + 11% sur le CA et plus encore sur le bénéfice, SPIE a doublé en dix ans sa marge et profite de multiples acquisitions, Vinci +11%. Certaines valeurs ont été achetées sur la base de leur dépréciation actuelle mais devraient rattraper leur retard : GL Events, Eutelsat (tombée de 30 à 15 euros en 2016), Orange dont une plus-value de cession de plus de deux milliards s’ajoutera au bénéfice 2016.

 

Vinci : un résultat surprenant

 

2015

2016

Variation

Chiffre d’affaires

38518

38073

  •  1.2%

EBITDA

5664

5966

+ 5.3%

Marge

14.7%

15.7%

 

Bénéfice

3758

4174

+ 11.1%

Résultat net

2046

2376

+ 16.1%

Bénéfice par action

3.73

4.24

+ 11.1%

Dividende

1.76

2.10

+ 14%

L'halali de Jean Baptiste Oudry. Ce peintre animalier a su mettre en scène Louis XV et sa cour. Mais de nos jours où la chasse à cour est en défaveur nous y voyons la démesure des moyens mis en oeuvre pour tuer un pauvre animal. Aussi les termes employés de nos jours dans la politique : meute, chasse, halali, curée, s'appliquent à un pauvre Canard.
L'halali de Jean Baptiste Oudry. Ce peintre animalier a su mettre en scène Louis XV et sa cour. Mais de nos jours où la chasse à cour est en défaveur nous y voyons la démesure des moyens mis en oeuvre pour tuer un pauvre animal. Aussi les termes employés de nos jours dans la politique : meute, chasse, halali, curée, s'appliquent à un pauvre Canard.
L'halali de Jean Baptiste Oudry. Ce peintre animalier a su mettre en scène Louis XV et sa cour. Mais de nos jours où la chasse à cour est en défaveur nous y voyons la démesure des moyens mis en oeuvre pour tuer un pauvre animal. Aussi les termes employés de nos jours dans la politique : meute, chasse, halali, curée, s'appliquent à un pauvre Canard.
L'halali de Jean Baptiste Oudry. Ce peintre animalier a su mettre en scène Louis XV et sa cour. Mais de nos jours où la chasse à cour est en défaveur nous y voyons la démesure des moyens mis en oeuvre pour tuer un pauvre animal. Aussi les termes employés de nos jours dans la politique : meute, chasse, halali, curée, s'appliquent à un pauvre Canard.
L'halali de Jean Baptiste Oudry. Ce peintre animalier a su mettre en scène Louis XV et sa cour. Mais de nos jours où la chasse à cour est en défaveur nous y voyons la démesure des moyens mis en oeuvre pour tuer un pauvre animal. Aussi les termes employés de nos jours dans la politique : meute, chasse, halali, curée, s'appliquent à un pauvre Canard.

L'halali de Jean Baptiste Oudry. Ce peintre animalier a su mettre en scène Louis XV et sa cour. Mais de nos jours où la chasse à cour est en défaveur nous y voyons la démesure des moyens mis en oeuvre pour tuer un pauvre animal. Aussi les termes employés de nos jours dans la politique : meute, chasse, halali, curée, s'appliquent à un pauvre Canard.

Le miracle des concessions routières et aéroportuaires apparait dans ce tableau qui montre un fait rare dans l’histoire des entreprises : un chiffre d’affaires en retrait, conjugué avec une forte hausse des bénéfices. Le bénéfice par action est prévu en hausse dans les prochaines années avec un bénéfice par action prévisionnel de 4.77 euros en 2017 et de 5,22 euros en 2018. Comme il s’agit de la première publication de l’année sur une grande société, elle montre que le consensus actuel de progression des bénéfices en 2017 sera très fort de l’ordre de + 12%. D’ailleurs, il faut remonter à très longtemps pour trouver un sentiment aussi élevé de satisfaction tant parmi les entrepreneurs que parmi les consommateurs.

 

Le résultat de la pépinière est toujours supérieur à celui des indices de la place de Paris avec une avancée supérieure à 5% en un mois. Le CAC40 étant à - 0.70%.

Les arbitrages suivants seront réalisés aux cours de lundi prochain : Vente du Groupe CRIT et achat de Kaufman et Broad ; vente d’Altamir et achat de FFP.

Valeurs

Cours

PE 17

Cours

Plus

Objectif

 

d'achat

 

actuel

value

cours

 

    

 

Altamir

12,49

12

13,2

5,7%

13

Axa

23,99

9

22,61

-5,8%

26

Capelli

24,42

10

26,9

10,2%

29

Crédit Agricole

11,9

9

11,4

-4,2%

15

Eutelsat

18,58

11

17,57

-5,4%

24

GL Events

16,51

11,5

18,3

10,8%

21

Groupe Crit

65,04

8,8

77,8

19,6%

75

Lagardere

25,71

11

24,51

-4,7%

28

Orange

14

13

14,41

2,9%

19

SPIE

20,05

12

23

14,7%

25

Sopra steria

104,75

10

112,25

7,2%

128

Vinci

64,27

15

68,76

7,0%

76

Progression moyenne

  

4,84%

 

Plus-value sur titres vendus

   

0,54%

 

Plus-value totale

   

5,38%

 

      

Ventes 2017

     
      

Plus value sur ventes

    

Renault

83,1

 

88,46

6,5%

 
Repost 0
Published by Guy Muller - dans La Pépinière
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 15:48

 

Perspectives économiques

C’est avec un grand optimisme que j’envisage l’année 2017, en vous présentant mes meilleurs vœux de bénéfices futurs et de possibilités d’en faire bénéficier vos proches. En effet, les cycles économiques sont courts (cinq à sept ans), et nous devons y penser lorsque les périodes sont ascendantes.

Dès la semaine prochaine, les publications de chiffres d’affaires débutent, mais on en connait déjà les résultats. C’est une nouvelle progression des bénéfices de l’ordre de + 12% qui est attendue, avec une nouvelle progression de l’ordre de 14% en 2017. Ces progressions sont la conséquence d’aides accrues en direction de la baisse des charges salariales, constituant de fait une dévaluation monétaire. Or en 2017, il y aura plusieurs baisses de charges (de 6 à7%), baisse de l’impôt sur les bénéfices et accélération des possibilités d’amortissement.

Si l’on ajoute à ce constat, la diminution de l’endettement des entreprises, la récolte 2017 sera exceptionnelle. Le principal risque de l’année serait un changement de cap trop conservateur et dangereux pour l’économie. En effet, nous sortons d’une période d’austérité marquée par des blocages salariaux, des blocages des retraites, des blocages des recrutements, un retrait de la sécurité sociale dans les remboursements et une diminution dramatique du nombre de lits dans les hôpitaux… Or tous les autres pays remercient leur population en sortie de crise par une politique distributive : créations de SMIC et leur hausse, en Angleterre, en Allemagne et Belgique, aux Etats-Unis. C’est ce tournant qu’il ne faut pas rater car tout ce passe comme si nous devions encore poursuivre une cure d’austérité devenue permanente.

En France, une nouvelle donne a été mise en œuvre par Manuel Macron, depuis l’Elysée avec une politique affirmée en faveur des PME (création d’un marché spécifique favorable aux nouvelles entreprises avec identification des sociétés et création d’un PEA –PME), par une diminution des charges salariales de l’ordre du tiers du salaire jusqu’à 3,5 SMIC. Cette politique a été accentuée, lorsque Ministre des Finances, il a permis l’abattement de 50% sur les plus-values réalisées. Il a permis aux responsables d’entreprises de déduire jusqu’à 85% de la plus-value réalisée. Enfin, le réinvestissement intégral des plus-values dans une nouvelle entreprise, se fait sans imposition.

Mais faut-il persévérer dans ce tout pour l’industrie qui ne représente plus que 15% de notre activité ? Avec des millions de personnes écartées de la consommation au détriment de nos agriculteurs et éleveurs. Alors que nos économistes sont entièrement tournés vers le solde des exportations, l’alimentation de notre propre population en est oubliée, ainsi que les 12 millions de personnes en précarité énergétique. Nous avons fabriqué des millions de pauvres parmi les personnes âgées qui ne recourent pas aux soins les plus élémentaires : dents, yeux.  Et qui sont dénutries, crèvent de faim, de froid de solitude, confinées dans des habitations insalubres ou obsolètes.

Un immense chantier attend donc les futurs élus.

Le chant des élèves de Madame Vidal est une superbe carte postale en ce début d'année

La Pépinière

 

C’est sur les cours de bourse du 19 décembre, que les arbitrages conseillés ont été réalisés. A savoir les achats d’Eutelsat, de Sopra et de Vinci. A la bourse du 2 janvier, l’arbitrage de Renault en faveur de SPIE a été réalisé, nous sortant des risques désormais pointés par une procédure judiciaire à l’encontre de notre constructeur national.

Rappel. La performance de notre Pépinière a été en 2016 de 34.5%. Elle a été de 2013 à 2016 de 318%, sur seulement quatre années.

 

Valeurs

Cours

PE 17

Cours

Plus

Objectif

 

d'achat

 

actuel

value

cours

 

    

 

Altamir

12,49

12

13,3

6,5%

14.5

Axa

23,99

9

24,35

1,5%

30

Capelli

24,42

10

27,05

10,8%

30

Crédit Agricole

11,9

9

12,59

5,8%

15

Eutelsat

18,58

11

17,86

-3,9%

25

GL Events

16,51

11,5

17,99

9,0%

21

Groupe Crit

65,04

8,8

72,4

11,3%

80

Lagardere

25,71

11

25,38

-1,3%

29

Orange

14

13

14,99

7,1%

19

SPIE

20,05

12

21,3

6,2%

25

Sopra steria

104,75

10

109

4,1%

128

Vinci

64,27

15

65,72

2,3%

76

Progression moyenne

  

4,94%

 

Plus-value sur titres vendus

   

0,0%

 

Plus-value totale

   

4,94%

 

      

Ventes 2017

     
      

Plus value sur ventes

    

Renault

83,1

 

88,46

6,5%

 
      

Le portefeuille a été constitué sur la base des cours du 19 décembre 2016

La vidéo vous montre aussi la superbe villa qu'est le Musée Masséna de Nice

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Le commentaire du mois
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 12:21

 

Perspectives économiques

L’expansion économique de l’Europe est toujours fragile, alimentée par la BCE et ses taux d’intérêt toujours faibles. Alors que les Etats Unis remontent progressivement leurs taux, l’Europe vient de diminuer son taux négatif qui passe de – 0,30 à - 0,40%. La maladie de langueur se poursuit avec un développement situé à 1,5% par an. La France n’a pas encore récupéré complètement de la dernière crise en dépit d’importantes sommes consacrées à la réduction des charges sur salaires. Les fortes variations de parités monétaires entre le dollar et l’euro accroissent de 10% nos capacités d’exportation, tout comme les 6% d’abattement de charges sur salaires. Or on ne constate que très peu d’effet sur les exportations de cet écart historique.

Il faudra regarder de plus près les efforts réalisés par les entreprises pour gagner des parts de marché, car l’analyse macro-économique s’avère plutôt décevante. La hausse de la bourse s’est poursuivie en décembre avec de nouveaux moteurs. La hausse du pétrole et des matières premières a remis les pendules à l’heure dans un secteur sinistré en 2015. Mais les valeurs énergétiques ont toujours du mal à sortir d’un passé ruineux, surtout avec les contraintes de sécurité accrues. C'est donc par un choix méthodique des valeurs qu'un gain peut être espéré.

 

La Pépinière

C’est sur les cours de bourse du 19 décembre, que les arbitrages conseillés ont été réalisés. A savoir les achats d’Eutelsat, de Sopra et de Vinci. A la même date, tous les cours des autres valeurs ont été réinitialisés, perdant ainsi pour certains les fortes plus-values de l’année 2016. Ainsi, Groupe Crit, Axa, Crédit agricole, pourront être ultérieurement arbitrés, en faveur de nouveaux titres en cours d’année.

Arbitrage de  janvier

Nous vendons Renault pour acheter SPIE

 

 

Valeurs

Cours

PE 17

Cours

Plus

Objectif

 

d'achat

 

actuel

value

cours

 

    

 

Altamir

12,49

12

12,49

0,0%

14

Axa

23,99

10

23,99

0,0%

28

Capelli

24,42

11

24,42

0,0%

30

Crédit Agricole

11,9

9

11,9

0,0%

14

Eutelsat

18,58

12

18,58

0,0%

25

GL Events

16,51

12

16,51

0,0%

21

Groupe Crit

65,04

8,8

65,04

0,0%

75

Lagardere

25,71

12

25,71

0,0%

28

Orange

14

13

14

0,0%

19

Renault

83,1

6,5

83,1

0,0%

105

Sopra steria

104,75

10

104,75

0,0%

128

Vinci

64,27

15

64,27

0,0%

76

Progression moyenne

  

0,00%

 

Plus-value sur titres vendus

   

0,0%

 

Plus-value totale

   

0,00%

 

      
Repost 0
Published by Guy Muller - dans La Pépinière
commenter cet article
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 14:05

 

Les comptes de l’année 2016 sont arrêtés aux cours atteints le 16 décembre, avec une progression de 34.50 %. Ce qui offre ainsi la possibilité de modifier le portefeuille sans attendre le début d’année.  

Il est possible de regarder le résultat obtenu sur les quatre dernières années pour ceux qui ont suivi les arbitrages conseillés au fil des mois. Je rappelle les règles de fonctionnement de la pépinière :

  1. Chaque titre a la même valeur qu’un autre titre, cette équipondération, évite des calculs de montant de portefeuille, avec soldes et liquidités,
  2. Les dividendes perçus diminuent la valeur des actions, pour montrer l’avantage procuré par un portefeuille à rendement élevé.
  3. La règle fixée par l’autorité des marchés financiers est respectée. Toute personne présente sur internet (blogs et forums) doit indiquer sa position (à l’achat ou à la vente) à l’égard de chaque valeur. Il s’agit d’éviter ainsi des fraudes au conseil profitables à des manipulations de cours.

Année

Performance annuelle de la Pépinière

Progression base 100 décembre 2012

2013

+ 46.20 %

146.20

2014

+ 13.20 %

165.50

2015

+ 42.90 %

236.50

2016

              + 34,50 %

318.10

 

Rappelons, que dès la création du PEA-PME, un autre portefeuille avait été créé. Il a progressé de 76,1% en deux années, prouvant par là même le dynamisme de ce secteur. Alors que les PME sont censées créer plus d’emploi que les grandes sociétés, comment se fait-il qu’une aide spécifique en leur faveur ait attendu aussi longtemps pour être mise en œuvre ? La dernière manifestation d’intérêt pour ce secteur date du ministère Delors dans les années 1980, avec la création d’un marché spécial : Euronext.

 

La liste de la pépinière 2017 est modifiée par les arbitrages suivants :

Vente d’Akka technologies et achat d’Eutelsat communication

Vente de Manutan et achat de Vinci

Vente de Prodware et achat de Sopra-Steria
 

 

Valeurs

Cours

PE 17

Cours

Plus

Objectif

 

d'achat

 

actuel

value

cours

 

    

 

Akka

22,41

12

34

51,7%

35

Altamir

9,34

12

12,49

33,7%

13

Axa

21,05

9

23,99

14,0%

26

Capelli

20,82

10

24,42

17,3%

28

Crédit Agricole

8,68

9

11,9

37,1%

13

GL Events

16,91

11,5

16,51

-2,4%

21

Groupe Crit

49,4

8,8

65,04

31,7%

64

Lagardere

22,6

11

25,71

13,8%

27

Manutan

47,3

11

65,54

38,6%

62

Orange

14,5

13

14

-3,4%

19

Prodware

7,02

4

6,83

-2,7%

9

Renault

77,95

6,5

85,25

9,4%

105

Progression moyenne

  

19,9%

 

Plus-value sur titres vendus

   

14,7%

 

Plus-value totale

   

34,54%

 

      

Ventes 2016

     

Eiffage

56,5

 

68,2

20,7%

 

Bigben

3,8

 

4,94

30,0%

 

Pierre et Vacances

28,51

 

36,8

29,1%

 

Ausy

44,72

 

54,7

22,3%

 

Ymagis

8,75

 

9,54

9,0%

 

Keyyo

8,19

 

13,5

64,8%

 
      

Plus value sur ventes

  

29,3%

 

 

Passez de joyeuses fêtes de fin d’année, utilisez vos profits au bénéfice de vos proches

Repost 0
Published by Guy Muller - dans La Pépinière
commenter cet article
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 17:33

 

Le contexte économique

En dépit des polémiques encouragées par l’entrée en campagne électorale, l’économie va mieux, en témoignent les nombreux résultats annoncés à l’occasion de la publication des comptes pour le troisième trimestre 2016. Malgré une progression faible du PIB, les sociétés du SBF250 font nettement mieux, que les 1,3% de croissance. Lagardère +10%, Renault +7%, les sociétés d’ingénierie informatique + 6%, la construction +25% (Kaufman, Nexity, Capelli). Dans tous ces cas les bénéfices progresseront plus rapidement que les chiffres d’affaires, sous l’effet cumulatif d’une baisse de l’endettement et des taux.

Les récrimination permanentes, des responsables des sociétés  ne les ont pas empêchés de s'octroyer un +20% de rémunération en 2015, preuve de leur capacité. Aussi les assemblées d’actionnaires deviennent de plus en plus turbulentes lorsque ces augmentations ne suivent pas celle des bénéfices ou dividendes. Un vote majoritaire hostile d’une assemblée n’a d’ailleurs pas été respecté par un conseil d’administration. Le vote « démocratique » peut donc être considéré comme facultatif ou indicatif, comme pour le Brexit.

L'information est passée relativement inaperçue mercredi dernier avec l'annonce de la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine. Quelques heures plus tard, la Commission européenne a estimé que la France serait capable de ramener son déficit sous la barre fatidique des 3 % du PIB fin 2017 comme s'y est engagé François Hollande. Annoncée à l'occasion de la présentation des prévisions économiques d'automne de la Commission pour l'ensemble de l'Union européenne, la nouvelle est excellente pour notre pays, accusé depuis des semaines d'avoir présenté un budget à la limite de l'insincérité.

Au plan global, l’indice phare le CAC40, aura doublé en quatre années quittant les 2300 pour atteindre en semaine les 4500. Rappelons que cet indice était tombé de 7 000 à 2300 de 2007 à 2012.

 

La pépinière

C’est une nouvelle avancée de notre portefeuille qui est constatée ce mois ci. Plus de 25% de progression depuis le 1er janvier, cela montre la supériorité de la gestion individuelle sur la gestion collective. Les mastodontes bancaires ne peuvent aller sur des valeurs à faible échange sans provoquer des écarts de cours importants. Les petits porteurs gagnent plus sur les valeurs moyennes de plus faible capitalisation. Depuis plusieurs années nous sommes investis à 50/50, entre petites et grandes valeurs. Il est dommage que plus de 5 millions de français aient délaissé la bourse pour ne pas profiter de l’élan actuel. Lorsque les taux d’intérêt remonteront l’assurance vie, sera le premier investissement touché, et l’absence de prise de risque aura un coût supérieur à l’investissement en actions.

L’indépendance des banques pour leurs conseils a été taclée par le gendarme de la Bourse américaine (SEC) qui a annoncé que Deutsche Bank a accepté de payer une amende de 9,5 millions de dollars afin de mettre un terme à des poursuites portant sur la divulgation d'informations non publiques ou d'études inexactes par ses analystes auprès de ses clients.

La SEC reprochait à la banque allemande de ne pas avoir suffisamment protégé des informations de nature à influencer l'évolution du marché, citant des exemples précis : une étude sur un distributeur recommandé à l'achat alors que l'auteur disait en interne qu'il aurait fallu abaisser son opinion sur la valeur.

Le mois dernier j’avais conseillé d’acquérir les valeurs délaissées. L’avancée du mois d’Axa et du Crédit Agricole montre un renversement sectoriel important.

Aucun changement n’est prévu ce mois dans la présente liste.

 

Valeurs

Cours

PE 17

Cours

Plus

Objectif

 

d'achat

 

actuel

value

cours

 

    

 

Akka

22,41

12

31,07

38,6%

35

Altamir

9,34

12

11,73

25,6%

13

Axa

21,05

8,5

22,15

5,2%

26

Capelli

21,3

10

22,01

3,3%

28

Crédit Agricole

8,68

9

10,69

23,2%

13

GL Events

16,91

11,5

16,5

-2,4%

21

Groupe Crit

49,4

8,8

59,99

21,4%

64

Lagardere

22,6

11

23,13

2,3%

27

Manutan

47,3

11

59,4

25,6%

62

Orange

14,7

13

13,55

-7,8%

19

Prodware

7,02

4

6,9

-1,7%

9

Renault

77,95

6,5

74,06

-5,0%

105

Progression moyenne

  

10,70%

 

Plus-value sur titres vendus

   

14,7%

 

Plus-value totale

   

25,35%

 

      

Ventes 2016

     

Eiffage

56,5

 

68,2

20,7%

 

Bigben

3,8

 

4,94

30,0%

 

Pierre et Vacances

28,51

 

36,8

29,1%

 

Ausy

44,72

 

54,7

22,3%

 

Ymagis

8,75

 

9,54

9,0%

 

Keyyo

8,19

 

13,5

64,8%

 
      

Plus value sur ventes

  

29,3%

 
Repost 0
Published by Guy Muller - dans La Pépinière
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 18:42

Bonjour,

 

Jean-Paul Huchon et Jean-Pierre Raffarin sont nommés à la tête du programme d'investissements d'avenir (PIA). Ces deux responsables seront notamment "chargés d'évaluer le PIA et de dresser un bilan annuel de son exécution", a précisé Matignon dans un communiqué. Les PIA, lancés en 2010 par l'ancienne majorité au plus fort de la crise économique de 2008-2009, sont des crédits budgétaires, prenant la forme de prêts, de subventions ou de placements. Ils financent des projets de recherche et d'innovation et des initiatives liées à la transition écologique. L'actuel gouvernement a confirmé en mars le lancement d'un troisième programme d'investissement d'avenir (PIA), doté de dix milliards d'euros.

Ce plan fait suite au rapport Attali consacré à un grand emprunt destiné à étoffer les filières d’avenir. Alain Juppé et Michel Rocard avaient hérité de ce plan très Colbertiste qui mobilisait 35 milliards d’euros, après que le volume de ce plan ait été modifié à plusieurs reprises à la baisse (de 60 à 35 milliards). Le nombre de filières à aider était trop important et des regroupements ont depuis été réalisés.

Alors que le besoin en investissements est toujours présent, on peut se demander pour quelles raisons, la simplicité de mesures incitatives à l’investissement a été systématiquement ignorée. On préfère continuer à créer des usines à gaz, plutôt que de faire simple. Ainsi, la petite épargne a vu successivement, ses maigres économies taxées :

  • PEA taxé par la CSG à 15,50%,
  • Non réintégration de l’avoir fiscal (restitution de l’impôt sur les bénéfices payé par les sociétés), dans les PEA,
  • Suppression de l’abattement sur les revenus d’actions pour les sommes inférieures à 3500 euros,
  • Suppression de l’abattement sur les plus-values de 9 000 euros.

Comment s’étonner alors de voir l’essor de l’assurance-vie, devenue le principal facteur d’épargne, avec le logement. Les pouvoirs publics ont délibérément choisi de couvrir le placement des emprunts publics au détriment de l’emploi.

Si l’on regarde du côté des programmes électoraux on y trouve un grand vide face à la nécessaire consolidation de l’épargne et pour développer le nombre d’actionnaires.

 

La Pépinière

 

La performance se poursuit avec une nouvelle progression de + 1.5% par rapport au mois de septembre. Il n’y a aucune raison de modifier le portefeuille actuel. Les personnes intéressées par un investissement peuvent acquérir les trois valeurs actuellement en perte dans la liste suivante.

 

Valeurs

Cours

PE 16

Cours

Plus

Objectif

 

d'achat

 

actuel

value

cours

 

       

 

Akka

22,41

13

33,15

47,9%

33

Altamir

9,34

12

11,39

21,9%

13

Axa

21,05

8,5

20,16

-4,2%

26

Capelli

21,3

10

22,39

5,1%

28

Crédit Agricole

8,68

9

9,11

5,0%

12

GL Events

16,91

11,5

17,83

5,4%

21

Groupe Crit

49,4

8

54,5

10,3%

60

Lagardere

22,6

11

22,33

-1,2%

28

Manutan

47,3

10,5

55

16,3%

60

Orange

14,7

14

13,6

-7,5%

19

Prodware

7,02

4

7,01

-0,1%

9

Renault

77,95

8

75,9

-2,6%

105

Progression moyenne

   

8,03%

 

Plus-value sur titres vendus

     

14,7%

 

Plus-value totale

     

22,68%

 

           
           
           

Ventes 2016

         

Eiffage

56,5

 

68,2

20,7%

 

Bigben

3,8

 

4,94

30,0%

 

Pierre et Vacances

28,51

 

36,8

29,1%

 

Ausy

44,72

 

54,7

22,3%

 

Ymagis

8,75

 

9,54

9,0%

 

Keyyo

8,19

 

13,5

64,8%

 
           

Plus value sur ventes

   

29,3%

 

 

 

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Le commentaire du mois
commenter cet article
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 15:34

Une nouvelle fois, les Cassandres qui agitaient le spectre d’un marché agité au cours de l’été, ont encore perdu une occasion de se taire. Les bonnes nouvelles en provenance des sociétés, ainsi que la plus forte progression des dividendes de toutes les bourses (+14%), ont contribué à soutenir le marché des valeurs.

Cependant les pessimistes, par leurs commentaires, continuent à éloigner les petits porteurs d’un marché qui leur apporterait bien des satisfactions. L’investissement majeur continue à être dirigé vers l’assurance vie dont les performances chutent d’année en année. Ceux qui pensent éviter le risque de voir leur épargne érodée seront ainsi les futurs perdants lors de la prochaine hausse des taux d’intérêt.

 

La Pépinière

Après les derniers arbitrages, notre portefeuille progresse de plus de 5%, depuis sa dernière mise à jour de juillet. Une plus-value de 21%, tandis que le CAC40 est encore en perte de 2%, portant l’écart à 23%.

Arbitrage conseillé : vente de Keyyo et achat de Lagardère.

 

Valeurs

Cours

PE 16

Cours

Plus

Objectif

 

d'achat

 

actuel

value

cours

 

       

 

Akka

22,41

13

31,7

41,5%

33

Altamir

9,34

12

10,9

16,7%

13

Axa

21,05

8,5

19,3

-8,3%

26

Capelli

21,3

10

22,1

3,8%

28

Crédit Agricole

8,68

7,5

8,7

0,2%

13

GL Events

16,91

11,5

17,9

5,9%

21

Groupe Crit

49,4

9

60,5

22,5%

64

Keyyo

8,19

10

13,07

59,6%

14

Manutan

47,3

10,5

54,4

15,0%

60

Orange

14,7

14

13,7

-6,8%

19

Prodware

7,02

5

6,8

-3,1%

9

Renault

77,95

7.5

74,21

-4,8%

105

Progression moyenne

   

11,83%

 

Plus-value sur titres vendus

     

9,3%

 

Plus-value totale

     

21,08%

 

           
           
           

Ventes 2016

         

Eiffage

56,5

 

68,2

20,7%

 

Bigben

3,8

 

4,94

30,0%

 

Pierre et Vacances

28,51

 

36,8

29,1%

 

Ausy

44,72

 

54,7

22,3%

 

Ymagis

8,75

 

9,54

9,0%

 
           

Plus value sur ventes

   

22,2%

 
           
Repost 0
Published by Guy Muller - dans Le commentaire du mois
commenter cet article